En quoi le conception d’un local peut-elle avoir un impact sur la propagation d’un incendie ?

Les incendies sont des catastrophes laissant des dégâts difficilement réparables. Nous constatons qu’ils se produisent dans des locaux ayant ou non des équipements dangereusement inflammables. Le vrai problème se trouve au niveau de l’installation lui-même. Il est donc impératif d’examiner attentivement quelques points dans leur conception. Alors, comment doit-on entreprendre la construction d’un local qui serait à l’abri de tout cela ? Il est à savoir que même dans les milieux confinés, on n’est pas complètement à l’abri des incendies.

Quels sont les facteurs de propagation des incendies

Pour le cas des bâtiments d’habitations, les flammes peuvent se propager rapidement quand les plafonds des immeubles sont très bas. Le mauvais isolement entre les pièces est aussi un facteur de propagation incendie. D’un autre côté, pour les lieux de travail, le feu peut prendre vie en dévorant des liquides inflammables qui n’ont pas été mise en quarantaine. Car ces derniers sont particulièrement à haut risque de combustion et son susceptibles d’exploser. Certaines zones de stockage de matière première ou des produits finis ne sont pas équipés d’outils d’extinction fixe ou d’extincteurs mobiles. Il est aussi dangereux que le plafond soit fait de matériaux facilement inflammables tels que du bois simple.

Les phénomènes qui entrent en action dans un incendie

Dans un incendie, il y a 5 phases d’agissement des flammes. D’abord, il y a une phase de latence, c’est la naissance de l’incendie. Elle se caractérise par la hausse de la température et on peut y observer les premiers aérosols de combustion. Ensuite, vient la phase de démarrage : là, les choses sérieuses commencent, on observe les premières flammes qui se nourrissent des matériaux et de l’oxygène. La troisième phase est l’accélération. Celle-ci peut se décliner en flash-over lorsque les apports de comburant sont suffisants et en black-draft lorsqu’elles sont insuffisantes (du coup, les flammes ne se développent pas rapidement). Après cela vient la phase d’embrasement généralisé. Ici, le feu a été pleinement développé. Enfin, vient la phase d’extinction dans laquelle on observe une décroissance de l’incendie. Cependant, les braises sont encore tout de même dangereuses.

 Quels sont les critères d’un local bien sécurisé

Un local est dit bien sécurisé lorsque les risques d’incendie sont réduits à presque nul. Il doit être équipé d’un système de détection de fumée, de manière à être instantanément informé lors des éventuels dangers. Les parois doivent être faits de matières ininflammables telle que le béton ou du bois ignifuger. Il faut aussi qu’on trouve sur les lieux, des équipements anti-incendie ou encore que la porte soit anti-feu. Ces points sont à prendre en considération si l’on veut obtenir une sécurité optimale et ainsi être loin de tout danger potentiel. Un local est aussi dit sécurisé lorsqu’il suit les normes en vigueur sur la protection contre les incendies. Ces normes varient selon le type de local. Par exemple, pour un lieu de travail, des plans d’évacuation en cas d’incendie sont affichés à chaque étage et les escaliers de secours sont obligatoires à partir d’un certain nombre d’étages.

Incendie : que nomme-t-on les conditions de survenue ?
Employeur : de la responsabilité à la mise en œuvre de la prévention