Incendie : que nomme-t-on les conditions de survenue ?

Les biens immeubles sont considérés comme rassurants et fiables en termes d’investissement, mais ils peuvent tout de même faire l’objet de déconvenue. Que ce soit une baisse de sa valeur locative, de sa valeur proprement dite, ou bien être atteint d’un incendie.

Qu’est-ce qu’un incendie ?

L’incendie est un feu destructeur dont on n’a aucun contrôle dans le temps et dans l’espace. Un incendie peut être de plusieurs sortes : incendie domestique, incendie de forêt, …

Mais il est aussi catégorisé par type. Les incendies de classe A sont les incendies impliquant des matériaux solides comme le bois, le papier, ou les mobiliers de maison, … Ceux de classe B impliquent les liquides comme l’essence, les lubrifiants ou autres liquides inflammables.  La classe C regroupe les gaz, comme le propane, le butane, ou les gaz naturels, la classe D les métaux comme l’aluminium, la classe E les installations électriques et la classe F les graisses et les huiles.

Quelles sont les conditions de survenue d’un incendie ?

Les conditions de survenue d’un incendie, appelées aussi  « triangle du feu » sont aux nombres de trois : l’existence de combustible sur le lieu du sinistre, cumulé avec l’existence d’un comburant (l’oxygène de l’air dans la majorité des cas), et une source d’inflammation.

Les combustibles sont tous les matériaux qui peuvent s’enflammer peu importe leur nature (solide, gaz, liquide,…). Et c’est d’ailleurs en fonction de cette nature que les incendies sont classifiés.

Les sources d’inflammation sont multiples, il se peut qu’il y ait des flammes aux alentours, une  trop forte chaleur, ou des étincelles.

Comment se déroule un incendie ?

Aucun schéma typique ou linéaire ne peut décrire un incendie. Mais  des similarités peuvent leur être reconnues. Nous allons voir le schéma généralisé d’un incendie dans un local pour en avoir une idée. La première étape étant  la présence d’une étincelle, ou une forte chaleur. De là, ou bien le feu croît, ou bien il y a extinction si intervention à temps. S’ensuit dans le premier scénario une croissance du feu en un embrasement généralisé avec éclairs. Dans le cas où il y a manque de comburant, l’extinction du feu est un premier cas possible et une explosion de fumée en est un autre.  En supposant que le feu ne soit toujours pas maîtrisé, il y aura toujours développement du feu jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de matériaux combustibles ou d’air avant de décroître progressivement.

En conclusion, pour arrêter un incendie il faut : soit le priver de nourriture, soit le priver d’oxygène, soit le priver de chaleur.

Employeur : de la responsabilité à la mise en œuvre de la prévention
Dans une entreprise, de quoi est composé le matériel de première intervention en cas de feu ?